lundi 15 octobre 2018

BELLESA D'UN COMBAT PERDUT*

Battu par les vents, fouetté par les vagues, le Cap de Creus courbe son échine rocheuse. Impitoyables, l'air et l'eau rongent la dure pierre. Insensiblement, le temps malaxe, fissure et creuse ses sillons. Ainsi s'inscrit en creux la forme de l'inégale lutte.

Ainsi en va-t-il de la vie. Les corps résistent et s'arc-boutent mais l'invisible et le mouvant finissent par imprimer leur belle et terrible usure.

* : Beauté d'un combat perdu.





















jeudi 5 juillet 2018

VIDRE LLUM

Séjour à Port de Llançà, après-midi de chaleur et d'ennui ... alors je prends l'appareil photo ...

... et devant la petite fenêtre de la salle de bains je retrouve mes yeux d'enfant "que busquen més enllà del glaç del vidre un color à la tramuntana*".


* : Lluis Llach, Vida : "qui cherchent au delà de la surface glacée du verre une couleur à la tramontane".







vidre pel.licula


 


vidre paisatge





vidre colors



vidre joias







vidre gràfic












mercredi 24 mai 2017

ARGBOL TOUR

Dans l'écriture de Borges, comme dans sa ville fétiche, le fantastique et le réel se confondent. "Personne ne peut savoir s'il existe une différence entre rêver et vivre". Alors ces reflejos de Buenos Aires ...  simples fictions ou fenêtres sur un autre monde ?

Invitation éternelle au voyage des quartiers portuaires, souvenir ô combien nécessaire des mères réclamant le retour des desaparecidos au pied du clocher-horloge de la Plaza de Mayo, fleur géante d'aluminium et d'acier offerte au pouvoir vital de l'astre solaire.


Barrios porteños

A las madres de Mayo

Floralis Generica

Sud Lipez. Ici pas un arbre, pas une ombre, seulement la terre ... ocre, et le ciel ... bleu. Le soleil du matin est entré dans la terre. Ici il la craquelle et en exprime tout le sel, là il la fait bouillonner et bientôt finit par s'en échapper en jets de soufre brûlants et orangés. 


Salar

Sol de mañana





Fusion azurée



Soleil emprisonné




Encres telluriques

Des kilomètres de pistes sablonneuses et pierreuses, avec pour seules respirations les touffes "courageuses" de la Paja Brava. Et tout à coup le miracle de l'eau : verts tendres et orangés incandescents du tapis végétal sous sa peau de gel, efflorescences lagunaires et reflets céruléens parsemés de poussière d'or.

Bofedal Rio Quetena



Laguna Kollpa







Laguna Colorada

Elles transportaient les métaux précieux vers le Pacifique et ce fut leur heure de gloire. Avec la perte de l'accès à l'océan, elles devinrent inutiles. Aujourd'hui, elles gisent dans la poussière, parmi les papiers gras et les sacs en plastique. 


Le gel de l'Altiplano fait éclater leurs carcasses, l'air chargé de sel les ronge jusqu'à l'os, les graffiti finissent de marquer leur décadence. Devenues oeuvres abstraites de l'oxydation, les fières locomotives commencent une nouvelle vie.





Cementerio de los trenes olvidados